Nos 5 points clés pour constituer sa cave à vin lorsqu’on est débutant !

constituer sa cave à vin

De plus en plus, l’amateur de vin souhaite se constituer sa cave à vin. Comment ne pas le comprendre ? Les magazines spécialisés savent proposer des publicités alléchantes où figurent de superbes caves dans des demeures non moins magnifiques. Qui ne se laisserait pas tenter ? Il n’est pas interdit de rêver après tout. En outre, en appelant au plaisir des sens et à leur sublimation, le vin s’y prête.

Mais est-ce uniquement une question de budget ? Certes non. C’est ce que nous allons évoquer dans cet article. Avant tout investissement, il convient de se poser les bonnes questions. Pour nous, elles sont au nombre de cinq.

Constituer sa cave à vin : quel est l’objectif ?

Il ne faut pas confondre objectif, finalité avec moyens pour y arriver. Il est aisé dans une réflexion trop hâtive ou en cas d’absence de réflexion de faire cette erreur. Revenons donc plus longuement sur la notion d’objectif. Aucun des objectifs présentés ci-dessous n’est exclusif des autres. Dit autrement, il est tout à fait possible de poursuivre plusieurs objectifs à la fois.

Là encore, 5 objectifs principaux nous semblent identifiables et devoir ainsi être mis en avant.

L’amour du vin en héritage

C’est bien connu, beaucoup de vins se bonifient avec le temps. On parle là bien évidemment de leur profil gustatif mais pas uniquement.

Ainsi, on se constitue un capital, « un patrimoine » comme on le ferait avec l’achat d’un bien immobilier. Les années aidant, le vin se sera « bonifié » comme l’aurait fait la valeur d’un terrain, d’un appartement ou d’une maison. On pourra ainsi céder à ses descendants ou ayants-droits un capital, un patrimoine.

Business is Business

De plus en plus « d’amateurs » souhaitent spéculer sur le vin. Ainsi, le vin peut apparaître comme une valeur refuge beaucoup moins risquée que la bourse. On achète une bouteille 25 € par exemple et dans quelques années il sera peut-être possible de la revendre (ou pas) 100 €.

Comme on le ferait avec des actions en bourse, on acquiert des bouteilles de vins que l’on revendra à un moment ou à un autre. Cela implique de pouvoir faire vieillir ses bouteilles dans des conditions optimales. Il faudra par conséquent prévoir un investissement matériel qui peut occasionner une somme de départ relativement conséquente. Cela est à prendre en considération. Qui aurait l’idée folle d’acheter des jolies bouteilles pour les faire vieillir dans son garage à côté de pots de peinture ou de produits toxiques ? Certainement pas vous chers lecteurs.

Les ventes aux enchères se sont développées. Le vin n’échappe pas à ce marché. Attention tout de même. Cela nécessite d’avoir une bonne connaissance du fonctionnement des enchères mais aussi une connaissance poussée du monde du vin. Quels sont les bouteilles dignes de ce nom ou pas ? Se lancer dans l’aventure n’est pas dénué de risques.  

L’esthétisme jusqu’au bout de sa cave

Il n’y a pas à dire, une belle cave à vin dans son séjour, cela classe son homme. Ça claque ! Ça impressionne. Ça fait jalouser les voisins. On prend l’ascenseur social dans le bon sens et on monte les étages à la vitesse grand V. En outre, certains aiment à collectionner des bouteilles de vin comme d’autres aiment à collectionner des pin’s. C’est un choix. Chacun son truc me direz-vous. Le jugement est superfétatoire.

Vous l’aurez compris chers lecteurs, il est question ici de cave à vin au sens « espace de stockage ». Mais un espace de stockage vide…cela fait un peu ridicule avouez.

Une consommation à son apogée

L’idée ici est de vouloir consommer ses bouteilles de vin à juste maturité, à leur apogée. Par exemple, 5, 10, 15 ou 20 ans après leur millésime. Pourquoi ne pas laisser le temps faire son œuvre et le laisser magnifier les délicats arômes et la structure de notre nectar ?

Là encore, le coût pourra s’avérer conséquent. Il sera de trois ordres :

  • le premier est constitué de l’achat des bouteilles que l’on souhaite faire vieillir. C’est une sorte de capital qui est immobilisé
  • le second est l’achat, l’aménagement du lieu de stockage
  • enfin le troisième est constitué de l’achat des bouteilles de consommation courante. Car il est bien évidemment hors de question de toucher à son capital en cours de constitution et de bonification. Le versement des dividendes, des intérêts, c’est pour plus tard. Et comme il y a fort à parier que vous êtes un amateur de vin, dans l’attente, vous n’allez pas sucer que des glaçons et carburer à la grenadine.

L’occasion fait le larron…et le vin…

Le dernier objectif que nous avons identifié est le fait de vouloir tenir à disposition, sous la main, la bouteille idoine dans le cadre d’une consommation ponctuelle, mais probablement régulière.

Ainsi, cela évite d’aller sans cesse au dernier moment chez le caviste ou de se connecter en toute hâte sur son site de vente de vin en ligne. Ou pire, d’aller quémander chez le voisin la bouteille idoine ou de demander à ses invités de se charger du choix de la bouteille de vin. Fatale erreur. D’une part, celle-ci ne sera peut-être pas apportée dans de bonnes conditions de conservation / préparation. En outre, on n’est jamais à l’abri du fait que nos invités aient des goûts de chiotte en matière de vin. A l’inverse, si c’est nous qui sommes invité et que nous avons la charge du vin, cela nous évitera de perdre un temps précieux à aller faire l’emplette de dernière minute du flacon qui va bien. Et le temps c’est de l’argent comme chacun sait.

Les différents objectifs identifiés ci-dessus ne sont pas exhaustifs évidemment. Il est fort probable que vous puissiez en trouver d’autres. D’ailleurs n’hésitez pas à les partager avec nous en commentaires ! Pour autant, il nous semble que ce sont là les principaux. Par ailleurs, ces objectifs peuvent évoluer avec le temps Nous n’avons pas forcément les mêmes objectifs ni les mêmes attentes quand nous sommes étudiants, jeune salarié débutant dans la vie active, cadre dynamique ou nouvellement retraité.

Constituer sa cave à vin : quelle est ma consommation ?

C’est une question moins bête qu’il n’y paraît. Quelle est ma consommation mensuelle ou annuelle ? Par exemple, si je consomme deux bouteilles de vin par mois, soit 24 bouteilles de vin par an, est-il intéressant de vouloir me constituer une cave ? Est-il pertinent de vouloir faire l’acquisition d’un frigo ? N’ai-je pas meilleur compte d’aller régulièrement chez le caviste qui saura me conseiller judicieusement ?

Prenons un second cas de figure, celui d’une consommation plus poussée. Par exemple, 3 bouteilles de vin par semaine, soit 156 bouteilles de vin par an. L’intérêt de vouloir se constituer sa cave à vin commence à faire sens. Mais dans ce cas, attention à la taille du frigo ou de l’emplacement de stockage. Est-ce utile d’avoir un espace de stockage de 600 bouteilles ? L’idée est d’intégrer dans la taille de sa cave, sa consommation régulière et de faire correspondre les deux. Sans cela, on retombe sur une dépense et une immobilisation pécuniaire disproportionnées.

Pour autant, notons ici qu’il peut être envisageable d’avoir une consommation annuelle de 156 bouteilles, mais qu’une partie de notre cave (par exemple 100 bouteilles) puisse être en vieillissement. Dans ce cas, il faudra en effet prévoir une taille de rangement en conséquence, bien supérieure à notre consommation annuelle.

Comme nous le mentionnions au début de cet article, les objectifs peuvent être divers et ne sont pas exclusifs les uns des autres.

Constituer sa cave à vin : quel budget ?

Cela peut sembler évident mais il est toujours bon de le rappeler. Le vin est aussi une passion. Vouloir se constituer sa cave à vin peut vite avoir un côté addictif. Il faut donc savoir raison garder. Il est important de connaître ses limites et de bien identifier les moyens que l’on pourra consacrer à sa passion. Si l’on n’y prend garde, celle-ci peut vite s’avérer coûteuse.

Constituer sa cave à vin : quel type de bouteilles ?

Il est temps de mentionner dans cet article, la nature des bouteilles de vin que l’on entend stocker dans sa superbe cave à vin. Il est donc ici question de style, de région viticole, d’appellation, de prix, de taille de bouteille à garder ou à consommer rapidement.

Ces points sont fondamentaux et il convient de bien les identifier :

  • Qu’est-ce que j’aime boire ? Rouge, blanc, rosé, liquoreux, champagne…
  • Qu’est -ce que je bois en majorité ? Du Bourgogne, des vins de Loire, du beaujolais,…
  • Avec qui je bois le plus souvent ? Des amateurs, des connaisseurs, des néophytes… 
  • Quand est-ce que je bois le plus souvent, à quelle occasion ? Repas de famille, avec des amis, pour les grands événements uniquement : mariage, naissance du gamin, la France championne du monde, une nuit de sexe avec ma femme…
  • Est-ce que je bois du vin pour aller avec un plat en particulier, pour l’apéritif ?
  • etc…

La réponse à toutes ces questions va induire un type de consommation et donc un type de cave à se constituer ou pas.

Conserver oui mais où, quand, comment ?

Quelle est la place dont je dispose dans mon logis pour conserver mon précieux trésor ? Est-ce que ce sera un frigo ? Est-ce que ce sera au fond de mon garage, dans ma cave, au fond de mon placard à balais ? Est-ce que je vais devoir / pouvoir aménager une pièce, un espace spécifique en termes d’hygrométrie et de température ?

Rappelons ici à toutes fins utiles, qu’il est grandement déconseillé de garder ses vins dans sa cuisine, ou dans son garage à côté de produits de peintures ou toxiques. Une bonne humidité ainsi qu’une température relativement stable sont grandement conseillées.

Du coup, est-ce que je vais avoir la possibilité de conserver mes bouteilles dans de bonnes conditions au regard des objectifs précédemment évoqués ? Par exemple, si je souhaite faire vieillir mes bouteilles pour en faire commerce ou pour me constituer un patrimoine, mon choix du lieu de conservation aura une conséquence et une importance bien grandes. Il ne peut être sous-estimé.

Conclusion

Constituer sa cave à vin est un choix lourd de conséquences qu’il est raisonnable de ne pas prendre à la légère. Toutes les questions que nous avons abordées dans cet article sont essentielles. Il convient de se les poser de façon honnête et lucide. Il est indispensable d’y répondre avec le même état d’esprit. Peut-être qu’au final, on se rendra compte qu’il n’est pas pertinent de se constituer sa propre cave à vin au regard de son objectif personnel, de ses moyens financiers, de son mode de consommation, de son espace de vie…

Encore une fois, on ne redira jamais assez l’importance de ne pas confondre objectif et moyen. La constitution d’une cave à vin ne doit pas être considérée comme un objectif en soi. Elle doit être envisagée comme un moyen pour arriver à l’objectif fixé.

Nous espérons que cet article vous aura plu. N’hésitez pas à revenir vers nous si vous avez des questions et pour nous faire part de vos commentaires (positifs comme négatifs). Nous restons ouverts à l’échange et à la discussion !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier