Marché aux vins de Fleurie 2021 : Le gamay du dimanche

marché aux vins de fleurie 2021

Pour certains, le dimanche est jour du Seigneur. Au vin de messe suit parfois le traditionnel rôti de bœuf – haricots verts partagé en famille. Là, trône un Gamay dominical qui fait office de point de ralliement pour toute la famille. Sur cette table dressée avec amour, notre vin du Beaujolais a fière allure dans son écrin. Il affirme crânement sa personnalité et ses valeurs. Convivialité, personnalité, et plaisir partagé. Il emporte les suffrages. Les « Yesss » viennent l’accueillir. Les « ahhhh » l’escortent jusque dans nos verres. Enfin, ce sont les « hmmm » qui s’enchaînent au sortir de gorgées de plaisir. Tel sait être le gamay du dimanche ! Telles sont les traditions familiales. Tels sont les plaisirs simples de la vie.

Mais un diable de virus est venu mettre son grain de sel dans cette affaire qui marchait pourtant si bien. Le Beaujolais attendait alors sagement son heure pour un retour triomphal. Chose fut faite et fête il y eut, lors de ce 95ème marché aux vins de Fleurie.

Tout est dans le choix

En piste, des vins du Beaujolais évidemment mais aussi des cuvées du Mâconnais et du Chalonnais voisin. Après tout, le vignoble du Beaujolais ne fait-il pas partie de la « Grande Bourgogne » ? En outre, rappelons que le département de la Saône et Loire vient lécher les ceps de nos crus les plus septentrionaux.

L’affiche promettait ! Quelques 45 domaines s’étaient ainsi donné rendez-vous pour dompter les cépages de ces appellations. Dans leur besace, non pas des lapins sortis du chapeau comme par magie, mais des cuvées en veux-tu en voilà. Styles et millésimes à (re)découvrir se tenaient là, s’offraient sagement et généreusement à la papille qui était aux anges. Certains domaines étaient venus avec des millésimes plus avancés. Il est toujours bon et intéressant de constater la façon dont le gamay se comporte sur la durée. Autant de témoignages et d’illustrations bachiques sur le métier de vigneron et l’art qui est celui de « savoir faire » du vin.

La jeune génération de néo-vignerons était particulièrement bien représentée. Des domaines plus « institutionnels » ou « historiques » ont su également tenir leur rang et affirmer leur statut. Il y en avait véritablement pour toutes les papilles et toutes les bourses.

La force du Beaujolais Blanc

Autre élément intéressant à souligner est la très belle qualité globale des Beaujolais Blancs. La production reste encore très confidentielle (environ 2%) mais la qualité est là incontestablement. Le consommateur aura raison de s’intéresser de plus en plus à ce type de cuvées. Un profil de vins à la personnalité aboutie et à la qualité indéniable ; offrant un rapport prix/plaisir extra. Voilà qui devrait pouvoir tirer le vignoble vers le haut et ne pas le ramener à sa caricature de vins « glou-glou » dans lequel trop de faiseurs d’opinions veulent l’enfermer.

Satané millésime 2021

Mais cette rencontre de Fleurie était aussi l’occasion de discuter avec les vignerons et les vigneronnes de ce millésime 2021 qui s’avéra d’une difficulté et d’une exigence à tout point de vue pour les travailleurs. Il en aura fallu du courage et de l’énergie. Rien ne leur aura été épargné. Il faudra collectivement s’en souvenir quand il s’agira de goûter ce satané millésime. Le confort de nos dégustations salonnardes ne devra pas se départir de bienveillance et de compréhension dans l’appréciation d’un millésime ô combien compliqué. En même temps, c’est ainsi que s’exprimera le talent, l’art d’être vigneron ; sorte de cruelle sélection naturelle.

Beaujolais & Co, au boulot !

Mais revenons à notre marché du jour. En ce dimanche, le soleil berçait les esprits et caressait les corps. Délicieuse sensation d’automne s’il en est. Cependant, chez Beaujolais & Co, on reste pro même dans ces conditions. Du coup, hop, ni une, ni deux, ni même trois ou quatre, direction le marché. Le panier en osier n’était pas nécessaire mais nos papilles alertes allaient elles aussi devoir se bouger et faire montre de professionnalisme rigoureux.

Vos humbles serviteurs en action

Nuls poireaux, salades ou choux-fleurs sur les étals de ce marché mais des chardonnays et des gamays pour notre future Bojobox (la box 100 % vins du Beaujolais) Car c’est bien de cela dont il s’agit. Trouver des cuvées est un travail passionnant mais qui n’est pas si simple. Il requiert méthode, rigueur et ouverture d’esprit. Le professionnalisme ne s’improvise pas. Des vins goûtés, des vins appréciés et des vins évalués. Le temps du débrief et de la sélection viendra. Mais ces salons, ces rencontres sont aussi l’occasion d’échanges avec les vignerons et les vigneronnes. Il est bon, instructif et enrichissant d’entendre leurs mots pour évoquer leur métier. Les émotions passent aussi par ces moments-là. Il faut savoir les apprécier. 

Pour finir, disons-le sans détour, ce fut une belle organisation. Un évènement remarquable.

Ensemble, (re)découvrons le Beaujolais…et pas que le dimanche avec la Bojobox !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier

Vous aimez le Beaujolais ? Nous aussi !

Inscrivez vous à notre newsletter pour être informé de nos soirées, promotions etc….