Papilles en voyage au Château Du Basty

Château du Basty depuis les vignes

Il y a des matins plus durs que d’autres. Dans un réflexe pavlovien, tu te regardes dans la glace et là… c’est le drame. Rides et cernes se tutoient avec allégresse pour marquer l’empreinte du temps. L’effet est aussi dévastateur qu’il est incontournable. Soudainement, tu es pris d’un besoin de jeunisme inconsidéré. Une troublante nécessité de noyer ton abattement matutinal se fait jour également. Il te faut un bon verre de vin et plonger tes papilles dans un élixir de jouvence réconfortant. La marque de l’histoire et du temps peut avoir du bon en effet… mais pas sur ta tronche bordel !

Convoquer Histoire et canons

Le vignoble du Beaujolais donne l’occasion de convoquer l’Histoire et les traditions. C’est à foison que la richesse architecturale jalonne les méandres des rangs de vignes. En outre, notre vignoble renferme bien souvent de très vieux ceps. Les centenaires se comptent bien plus largement que dans l’Ehpad tout proche. Ces vieilles vignes toutes ridées (elles aussi) sont le témoin de la besogne abattue ces longues années passées.

Alors oui, aujourd’hui, décision est prise de visiter un domaine qui proposera Histoire, traditions, et marques du temps portées par le vent de la fraîcheur et de la jeunesse. Direction le Château du Basty.

Lantignié, le cru en devenir ?

Nous voilà arrivé sur les hauteurs de la commune de Lantignié. C’est une des deux communes qui composent le Cru Régnié (l’autre commune est Régnié-Durette). Mais c’est aussi historiquement une des 6 communes dont le nom peut figurer sur les étiquettes des vins de Beaujolais-Villages. Ainsi il est possible de voir nos divines quilles arborer fièrement les noms Beaujolais Quincié, Beaujolais Leynes, Beaujolais Le Pérréon, Beaujolais Blacé, Beaujolais Lancié et donc Beaujolais Lantignié.

Mais cette approche historique des lieux revendique une démarche plus moderne. En effet, quelques jeunes vignerons bien dans leur terroir ont décidé de faire de Lantignié un cru à part entière. Notre domaine est de ceux-ci. Démarche est donc entreprise d’allonger la liste des 10 déjà existants. La bataille est encore longue mais les conquérants sont de qualité.

1482…tout commence

C’est bien connu, les histoires enfantines commencent par « il était une fois, un prince et une princesse habitaient dans un grand château… ». Et bien là, c’est une histoire bachique pour les adultes qui commence peu ou prou de la même façon. Du moins elle débuta dans un château et remonte à 1482. Louis XI est à la mode mais pas encore N° 1 du Top 50 (les moins de 40 ans ne peuvent pas comprendre cette allusion historico-médiatico-musicale).

Le Basty

Jean Varenard, acquiert le lieu-dit « le Billy ». Voilà la première génération du domaine qui se transmettra au fil des siècles sans quitter la famille. Dans un récent passé Gilles et Pernette Perroud en deviennent propriétaires. Il faudra attendre 2016 pour que leur fils Quentin reprenne en charge les vinifications des vins du domaine Château du Basty. Le jeune homme représente désormais la 17ème génération. Avouez que cela peut donner quelques rides de surprise et d’admiration. La chose n’était cependant pas écrite. En effet, Quentin se destinait dans un premier temps à une carrière de comptable. Mais visiblement l’appel de la vigne a été plus fort. Il faut dire que le domaine est une propriété absolument superbe. La vue panoramique sur le Beaujolais, puis le val de Saône, puis les Alpes au loin qui accueille le visiteur est à couper le souffle.

Chacun apporte sa pierre à l’édifice

Regardons de plus près ce Château. Lui aussi il est marqué par les âges. Il s’est construit au fur et à mesure des siècles et des générations qui en étaient propriétaires. Quentin explique très bien que la bâtisse est construite en plusieurs parties. Telles les rides sur un front, la taille des pierres sur les angles des murs racontent leur époque et les techniques / matériaux qui étaient en vogue chez le Castorama et Monsieur Bricolage d’alors. Ainsi, sur la partie droite du bâtiment qui est la plus ancienne, on constate que les pierres sont petites. A l’opposée, sur la partie gauche qui est la plus récente, les pierres apparentes sont de tailles beaucoup plus conséquentes. Toute allusion au fait que la taille compte serait tout aussi fortuite que déplacée.

Château du Basty

Penser la vigne…

Gilles, le père de Quentin, décide de restructurer le domaine et de lui donner un nouveau souffle. Une nouvelle approche culturale est entreprise. Les vignes sont plantées large et en double cordon. Les raisins se trouvent plus loin du sol (par rapport au gobelet traditionnel que l’on trouve en Beaujolais). Ainsi, l’aération en est améliorée et la réverbération avec le sol diminuée. Cette aération entre les rangs comme sous les rangs, associée à l’étalage du feuillage doit contribuer à proposer des raisins de belle qualité mais aussi faciliter le travail du vigneron.

Le domaine compte 16 ha de vignes (plantés et plantables). Chaque année, un arrachage de rangs est organisé en rotation. Un petit lifting… Une jachère de 5 à 7 ans s’organise. Rien n’est planté (sauf des graminées peut être) afin de laisser reposer la terre et de favoriser la production de biomasse.

Les vignes sont labourées. Les traditionnels produits de contacts (soufre et cuivre) sont utilisés. L’enherbement est présent ; le trèfle habille les sols du vignoble. Le domaine compte environ 15 ha de prés en jachère et est désormais en agriculture biologique. L’agroforesterie est également en marche.

Il faut noter que le chai et le terrain, sont quasiment d’un seul tenant. C’est assez rare de voir cela en Beaujolais.

…pour penser les vins.

Côté vinification, on donne dans le standard, le classique, la tradition. La vinification se fait en grappes entières. Les cuves béton sont à l’œuvre. Macération/fermentation durent entre 8 et 15 jours selon les millésimes, cuvées. Les températures sont contrôlées. Quentin ne souhaite pas les faire monter trop haut ni trop extraire de matière lors de cette étape de la vinification. La volonté de faire des vins plutôt fins et légers est affichée. Les levures sont indigènes sur la majorité des cuvées. Mais parfois, du fait d’une volonté de faire les choses proprement et de ne pas prendre de risque, Quentin utilise des levures starters.

L’élevage, de 6 à 9 mois se déroule dans de très vieux foudres de 70 ans. Le nombre des années marque les douelles de nos amis. A noter que l’entonnage se fait à chaud. Cela signifie que le vin est mis en élevage dans les foudres alors qu’il n’a pas encore complétement fini sa fermentation. Viendront par la suite les assemblages en cuves inox.

Château du Basty : Allez hop, au goulot !

Le domaine propose des cuvées de Beaujolais Villages Lantignié (Rouge, Blanc). Les crus Régnié et Morgon sont également représentés.

Beaujolais-Villages Lantignié – Blanc 2019

L’élevage que connaît cette cuvée entend se signaler avec mesure et raffinement. Il toque à la porte et se présente avec références sous ses plus beaux atours. Ses lettres de recommandation sont sérieuses et requièrent l’attention.

La bouche est pulpeuse et gourmande. Elle laisse sortir du goulot ses rondeurs qui ne manquent pas de séduire le dégustateur. Mais tout séduit qu’il est par la coquine cuvée, il se laisse bien volontiers dompter le palais par une fraîcheur passant par là. Minaudant faussement, cette dernière vient apporter équilibre à l’ensemble. Le toucher fin et délicat contribue de bonne grâce à apporter noblesse à notre Chardonnay.

La finale prend ses aises. Elle retient le dégustateur comme on retient sa conquête pour ne pas la laisser partir trop hâtivement. Ainsi, elle s’étire et fait ressortir des charmes tout en finesse, fraîcheur et minéralité saline. Un accent floral et de pamplemousse laissera sur les lèvres du conquis le souvenir d’une dégustation délicieuse.

cuvées Château du Basty

Beaujolais Villages Lantignié – Rouge 2019

Le millésime est beau, certes ! Mais le savoir-faire du vigneron s’exprime également avec précision dans cette cuvée. Notre gamay entend incarner la personnalité de son terroir. Il veut montrer la haute qualité qu’il est possible de trouver en ces vignes… à l’équivalence de celle que l’on trouve dans les crus.

Notre gamay, de structure gaillarde et dense, impose sa marque dès les premiers instants en sa compagnie. Il a le vocabulaire riche mais accessible, aucun snobisme ni pédantisme. Il se laisse dompter à l’envi grâce à un toucher délicat, un élevage au cordeau. L’ensemble s’adosse sur une fraîcheur qui met tout le monde d’accord. Une mache juteuse et gourmande enjoint également à vider les verres avec allégresse.

Le plaisir se prolonge de longs instants sur des notes épicées et salivantes. Un coquin croquant nous rappelle le potentiel de garde de ce joli vin plein de charme et de finesse.

Beaujolais Villages Lantignié – Rouge 2020

Le millésime n’était pas si simple à travailler mais il était de belle qualité. La présente dégustation confirme que les vignerons de talent ont sut dompter cette chaleur et cette précocité qui marquèrent les vendanges.

Alors le Gamay s’avance avec une réputation qui le précède. Il s’offre sans fard au palais qui entend trouver là plaisir immédiat. Chose est faite et bien faite. Cette cuvée est juteuse, fraîche et souple. Elle revendique une forme de simplicité que l’on aime retrouver chez les beaujolais. Le vin du quotidien trouve ici bien belle expression. La légèreté aime néanmoins à offrir une consistance de bon aloi. Le toucher est délicat, soyeux et s’appuie sur un élevage aux ordres et parfaitement intégré. La conversation se fait sans retenue. Le gamay raconte son histoire. Le dégustateur écoute respectueusement et témoigne en retour du plaisir qu’il a eu à faire connaissance avec son interlocuteur du moment.

La finale s’inscrit dans le même esprit. Fraîcheur et  gourmandise se manifestent en chœur pour saluer le dégustateur conquis.

Le Domaine Château du Basty en synthèse 

Château du Basty

Localisation

  • Lantignié

Vins et appellations proposés

  • Beaujolais Villages Lantignié (Rouge, Blanc )
  • Régnié
  • Morgon

Cépages

  • Gamay noir à Jus Blanc
  • Chardonnay

Style

  • La gamme est cohérente avec un joli rapport prix/plaisir
  • Parfaitement bien travaillés, les vins sont très faciles d’accès
  • Des vins en équilibre précis, fins, frais sans lourdeur et démonstration abusive
  • Les cuvées proposent un plaisir immédiat dans leur jeunesse. Mais la garde ne leur fait pas peur

Signes Particuliers

  • Domaine appartenant à la même famille depuis 17 générations
  • Création en 1482
  • Environ 80% des vins sont exportés, notamment vers les Etats-Unis. Alors si vous avez la chance de tomber sur une cuvée du domaine, n’hésitez surtout pas, foncez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier