Papilles en voyage au Domaine Philippe Viet

domaine philippe viet

A la faveur d’une pandémie, le « clic & collect » est devenu routinier. Mais il arrive que la routine éloigne d’aspirations plus profondes. Parfois, au détour d’une existence cabotine, elles finissent néanmoins par se révéler. Philippe, notre vigneron du jour, connaissait bien le « clic ». Cadre pendant plus d’une dizaine d’années dans un grand cabinet de consulting en Informatique, il s’adonnait à la chose sur son clavier avec régularité…mais avec de moins en moins d’enthousiasme et de sens. C’est ainsi, qu’un beau jour, du clic, il en eu sa claque ! Il prit l’un et l’autre sous le bras, mit fin à la chose et ainsi naquit le domaine Philippe Viet.

Nouveau projet de vie, redonner sens

Il faut dire qu’entre-temps étaient survenus d’importants soucis de santé, de ceux qui remettent tout à plat et qui se font s’interroger sur le sens du monde, le goût du vrai, de la vie, de qui fait la vaisselle ce soir… et du bon vin. Etonnamment, Philippe a été plus séduit par la question bachique que la question « vaisselle Paic Citron ». Peut-être que ressurgissaient alors de vieilles appétences pour les plaisirs de la bonne chair et des bons vins. Parents et Grands-Parents de notre vigneron tâtaient déjà de la casserole et du goulot (notamment Bourguignon) dans la jeunesse de Philippe. C’est comme le vélo, cela ne s’oublie pas ce genre de choses.

Puis vinrent les études en école de commerce ICN. La chose est propice à la tentation bachique. L’assiduité de l’étudiant à « La Cave », association œnologique de son école de commerce est peu contestée. Tout s’enchaîne alors et les papilles se déchaînent. Elles redemandent de plus en plus de cet élixir. Soif de savoirs, de connaissances, d’expériences bachiques en tout genre se manifestent. C’est le moment de s’atteler au WSET. Surviennent également des rencontres de vignerons, (vendanges à Chinon chez Bernard Baudry et Éric en charge du Domaine Paul Janin & Fils à Moulin à Vent). Nous sommes alors en 2015. Là, notre néo-vigneron comme on dit, écoute, apprend, observe, discute…et vinifie. Une première expérience de vinification à Chiroubles avec les mains dans le raisin, les papilles en alerte et le cœur en bandoulière, finissent de le convaincre.

Travailler la terre devient une évidence. Envie de faire partie de cette catégorie de personnes qui transmettent des émotions au travers d’une activité authentique. 2018, passage du BPREA (diplôme d’œnologie et viticulture) afin de voler de ses propres ailes et de pouvoir s’installer à son compte. Tout semble s’enchaîner pour le mieux. Cette seconde vie est belle, dure évidemment, exigeante aussi, pleine de risques mais enthousiasmante et envoûtante.

Le Cru Régnié, vignoble d’accueil

Philippe avait eu l’occasion de-ci, de-là de goûter de jolis flacons en Beaujolais. Il était convaincu du potentiel qu’offrait le vignoble et notamment de ses dix crus. Il trouva demeure et chai dans le village de Villié-Morgon. Cela fait partie des plus beaux quartiers des crus du Beaujolais. Mais c’est sur Régnié qu’il fait l’acquisition de vignes entre 40 et 90 ans. La complicité entre les vieilles souches et les rêves « du néo » allait pouvoir enfanter de jolies cuvées. Rappelons au passage que Régnié a été reconnu comme cru en 1988 ce qui en fait le dernier en date. Le sol est très granitique dans le coin, notamment ce fameux granite rose qui colore la vie des vignerons à l’identique (pour ceux qui s’y prennent bien). Les parcelles de Philippe sont sur le lieu-dit « Haute-Ronze » qui se trouve en altitude (environ 400 m), ce qui apporte fraîcheur et cycle de maturité plus lent des raisins. Ici, le sol est composé de sables, de cailloutis granitiques avec une proportion variable d’argile. Puis arrivent des vignes sur les crus Fleurie et Morgon dont on attend les cuvées lors du prochain millésime. Il ne faudrait pas oublier des vignes sur la commune de Corcelles pour une cuvée de Beaujolais-Villages rouge. Au total ce sont quasiment 5 ha que Philippe a en charge. De quoi vivre et  travailler selon ses convictions.

panneau cru Régnié

A la vigne, au chai, l’esprit Philippe Viet

Un mot résume l’approche et le travail de Philippe : HUMILITE ! C’est là le socle de sa pratique. Chez Beaujolais & Co, nous adorons cette approche dont l’univers bachique manque parfois drôlement.

Philippe a entrepris une conversion en agriculture biologique. Le travail des sols se fait jour peu à peu avec un enherbement qu’il essaye de maîtriser au mieux. Progressivement, les chosent se mettent en place, en rythme et bon ordre. L’homme a encore besoin de temps pour exécuter certaines tâches du vigneron. L’expérience rime avec patience.

Côté vinification, Philippe décide de s’inscrire dans une certaine forme de « tradition Beaujolaise » (une vinification en grappes entières non éraflées, une macération semi-carbonique). En outre, fort de son approche « bio », notre vigneron décide de ne pas ajouter de soufre. Le moins d’intrants possibles certes, mais des vins qui ne soient pas déviants pour autant. Il n’y a donc pas d’hésitation à faire des pieds de cuves et utiliser des « starters » (levures spécifiques pour assurer des débuts de fermentations et éviter des déviances bactériennes). Le goût de terroir ce n’est pas n’importe quoi non plus. Tout cela se passe en cuve béton. Philippe recherche une fermentation assez longue et à basse température afin de favoriser une extraction douce et obtenir fraîcheur et légèreté dans ses vins. C’est que l’homme prend soin des papilles et du palais de ses futurs dégustateurs. Qui l’en blâmerait ?

Enfin, concernant l’élevage, Philippe est également en phase de recherche et d’expérimentation. Le Beaujolais-Villages connaîtra 7 à 8 mois de cuve ovoïde en grès, alors que la cuvée Mosaïque sera un mixte de 30 % cuve inox et 70 % de jarre en grès. 

2019, premier millésime

Ce solaire millésime se décline en trois cuvées :

  1. Beaujolais-Village (rouge)

Un vin aux accents épicés et floraux articulés sur une structure dense. Un Beaujolais-Village qui est un gaillard au cœur tendre. 5 ans de garde ne lui font pas peur.

  • Régnié Haute-Ronze, Parcellaire lieu-dit Haute-Ronze (rouge)

Un vin qui séduit la papille avec crâneuse assurance. Et ça marche à la perfection. Gouleyant, soyeux, structuré notre Don Juan bachique dévoile d’intenses fruits rouges et notes florales. 

Consommé dès à présent, il vous séduira ! Consommé dans 5 ans, il vous embarquera au-delà de vos attentes.

  • Régnié Haute-Ronze, « Mosaïque » (rouge, assemblage de ses différents terroirs).

La structure prononcée du vin s’adosse à une fraîcheur qui équilibre l’ensemble et étire le vin. La fermeté de jeunesse ne se départit pas pour autant de gourmandise avec des notes de fruits noirs et de réglisse. Un vin qui peut facilement se laisser oublier en cave une dizaine d’années.

Le Domaine Philippe Viet en Synthèse 

Localisation

  • Domaine localisé au village de Régnié-Durette
  • Domaine de 5 ha environ

Appellations proposées

  • Beaujolais-Villages, Commune de Corcelles – 1,2 ha (rouge)
  • Régnié Haute Ronze, Commune de Régnié Durette, 2,5 ha (deux cuvées – rouge)
  • Fleurie (cuvée à venir) – 60 ares
  • Morgon, cuvée à venir – 1 ha environ

Cépages

Gamay noir à jus blanc

Style

  • Vins structurés, précis, en équilibre
  • Sapidité immédiate au toucher délicat
  • Vins qui s’inscrivent dans un très bon potentiel de garde

Signes Particuliers

  • Vinification classique à la beaujolaise (semi-carbonique, pas d’éraflage, cuve béton)
  • Possible élevage partiel en œuf tronconique, cuve inox et jarre en grès selon les cuvées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Panier